Selon la législation belge, le travailleur doit prouver un certain nombre jours de travail afin de toucher une allocation au chômage. L’ONEM compte en moyenne 78 jours de travail par trimestre pour un travailleur à temps plein. Toutefois, il existe déjà un barème fixant le nombre de jours requis pour toucher le chômage selon la catégorie d’âge et la situation du salarié. Pour effectuer une demande d’allocation au chômage en bonne et due forme, il est préférable de consulter un avocat en droit du travail. Ce professionnel peut conseiller et assister le travailleur dans les démarches à suivre.

Alt="Combien de jours de travail pour avoir le droit au chômage en Belgique ?"

Le nombre de jours de travail requis pour toucher au chômage selon la catégorie d’âge

Le temps considéré varie selon la catégorie d’âge. Pour les travailleurs moins de 36 ans, il faut compter :

  • Soit 312 jours au cours des 21 mois précédant la demande ;
  • Soit 468 jours au cours des 33 mois avant la demande ;
  • Soit 624 jours de travail au cours des 42 précédant la demande.

De 36 à 49 ans, sont considérés :

  • Les 468 jours au cours des 33 mois précédant la demande ;
  • Les 624 jours au cours des 42 mois précédant la demande ;
  • Les 234 jours dans les 33 mois + 1 560 jours durant les 10 ans avant ces 33 mois ;
  • Ou les 312 jours dans les 33 mois + pour chaque jour manquant pour arriver à 468 jours, 8 jours dans les 10 ans avant ces 33 mois.

À partir de 50 ans, le calcul est basé sur :

  • Les 624 jours au cours des 42 mois précédant la demande ;
  • Les 312 jours dans les 42 mois précédant la demande + 1 560 jours dans les 10 ans avant ces 42 mois ;
  • Ou les 416 jours dans les 42 mois + pour chaque jour manquant pour arriver à 624 jours, 8 jours dans les 10 ans avant ces 42 mois.
À noter
La période de référence de 21, 33 ou 42 mois peut être prolongée selon les circonstances (par exemple, arrêt d’activité ou emprisonnement).

La durée de travail requise pour avoir droit au chômage après une démission

En principe, un travailleur ayant démissionné n’a pas droit au chômage puisque son départ est considéré comme volontaire. Toutefois, il existe certaines exceptions qui permettent de toucher une allocation en cas de démission. Cette exception exige un motif légitime, soit une raison indépendante de la volonté du travailleur.

Le nombre de jours pris en compte varie également selon la catégorie d’âge (comme explicité précédemment). Cette condition concerne les travailleurs ayant démissionné en CDD ou au bout de 4 mois de travail.

L’allocation, quant à elle, est souvent attribuée dans les 3 premiers mois de la période d’inactivité professionnelle. Dans le cas d’un chômage complet, l’ex-travailleur perçoit 65 % du montant de sa précédente rémunération. Il reçoit ensuite 60 % dans les 9 mois qui suivent. Ainsi se déroule la première période. La deuxième période qui dure 36 mois est divisée en plusieurs étapes. À la troisième période, le paiement de l’allocation se fait par système forfaitaire. Le montant attribué dépend de la situation familiale de l’ex-salarié.

Bon à savoir
Un chômeur complet a le droit de demander un complément d’ancienneté s’il est âgé au minimum de 55 ans et qu’il justifie de 20 années de travail en tant que salarié.

En somme, le droit au chômage dépend de plusieurs conditions. Ceux qui veulent en savoir davantage sur le sujet sont invités à consulter un avocat en droit du travail. Nombreux sont les professionnels à se spécialiser dans cette branche de droit en Belgique.