Travail dissimulé : que dit la loi belge ?

Le travail dissimulé, aussi connu sous le nom de travail au noir, est assez courant dans la société belge. Près de 20 % de l’activité économique belge repose sur le travail dissimulé. Considéré comme une fraude, il peut être lourd de conséquences pour les employeurs, sans épargner les travailleurs. Quelles sont les procédures pour avoir un titre de séjour pour salarié en Belgique ? Demandez conseil à un avocat spécialisé en droit du travail. Décryptage.

Alt="Travail dissimulé : que dit la loi belge ?"

Définition du travail dissimulé

Afin de mieux comprendre la notion de travail dissimulé et de le dénoncer, voici une définition simple :

Le travail dissimulé possède différentes appellations : travail au noir, travail non déclaré ou encore travail clandestin (activité indépendante, travail des étrangers sans titre de séjour). Il s’agit de l’exercice d’une activité rémunérée sans respecter les prescriptions légales qui s’appliquent au contrat de travail.

C’est aussi le cas des travaux effectués sans facture. En termes de procédure, tout employeur doit effectuer une déclaration immédiate d’emploi (DIMONA), dès lors qu’il embauche un nouveau salarié afin d’en informer les administrations sociales. Le travail dissimulé est donc une fraude sociale, car l’employeur ne paie pas les impôts, la TVA et les cotisations de sécurité sociale. Ce type de fraude a des conséquences sur le marché du travail, car il est assimilé à de la concurrence déloyale, sans parler des pertes supportées par l’État et les collectivités sur le plan social et fiscal.

Bon à savoir :

Si vous êtes auto entrepreneur ou particulier, vous pouvez demander l’aide vos proches pour vous aider à effectuer des travaux dans votre entreprise, pour économiser sur vos impôts sans passer par le travail dissimulé. Cependant, la règlementation du travail n’autorise que les parents ou les alliés du deuxième degré à vous aider. Dès que vous demandez à des membres de la famille éloignée de vous aider, cette situation peut être considérée comme du travail dissimulé.

Quelles sont les sanctions pour travail dissimulé ?

Les droits et obligations de travail du salarié sont présentés dans le Code du travail. Le non-respect des règles en vigueur, notamment le travail dissimulé, est puni au Code pénal social.

Les risques pour le travailleur

Le travail au noir représente un danger pour le travailleur, car en étant non déclaré, il ne peut bénéficier d’aucune protection sociale en cas d’accident de travail, de maladie professionnelle, ni bénéficier une pension de retraite, etc. Exerçant une profession en dehors du cadre légal du travail, il perd ses droits et ne peut pas se protéger en cas de litige. Par ailleurs, le travailleur non déclaré risque aussi des sanctions en cas de cumul des indemnités de chômage avec la rémunération perçue du travail dissimulé. En effet, il risque le remboursement des allocations sociales qu’il a touchées sans en avoir eu le droit, ainsi que l’exclusion des allocations chômage pendant une durée déterminée (26 à 52 semaines ou définitivement). Le travailleur s’expose également à une sanction pénale ou administrative par le paiement d’une amende, en cas de fausse déclaration, et d’usage de documents frauduleux ou incomplets destinés à conserver des avantages sociaux. Enfin, il s’expose à des risques du point de vue fiscal, car l’impôt sur le revenu peut être majoré d’un supplément d’imposition plus les intérêts de retard.

Attention :

Les sanctions peuvent s’alourdir en cas de récidive.

Les sanctions de l’employeur pour travail dissimulé

L’employeur (personne morale ou physique) qui exploite une main d’œuvre non déclarée risque une amende, voire une peine de prison.

Cas des travailleurs étrangers

Les étrangers sans titre de séjour ne peuvent pas travailler en Belgique. Le fait d’exercer une activité professionnelle pendant un séjour illégal ou en l’absence d’un permis de travail, ou d’une attestation de travail remise par l’employeur du pays d’origine, est considéré comme du travail dissimulé ou clandestin. Les sanctions encourues sont l’expulsion du territoire ou l’éloignement du territoire par le placement dans un centre fermé pour illégaux ou en unité d’hébergement. À noter qu’en plus des sanctions pour travail non déclaré, le séjour illégal sur le territoire Belge est passible de sanctions pénales (peine d’amende ou d’emprisonnement).

À noter :

Les services de l’inspection du travail effectuent des contrôles ponctuels pour éviter toute fraude fiscale. Pour lutter contre le travail dissimulé, ils encouragent le développement de services d’emplois de proximité : titre-services (tâches ménagères), contrats ALE (Agence locale pour l’emploi).

Dénonciation du travail dissimulé

Si vous êtes témoin de fraude sociale, il existe depuis 2015, un point de contact qui permet aux particuliers et aux entreprises de faire une dénonciation en ligne. Il n’est plus question de chercher un modèle de lettre pour dénoncer le travail dissimulé à l’ONEM ainsi qu’aux autres administrations, car la dénonciation s’effectue désormais en ligne.

Voici un modèle de lettre pour dénoncer un travail dissimulé que vous pouvez télécharger.

Ce point de contact mis à la disposition de tous permet de signaler toute forme de concurrence déloyale, le dumping social, le non-respect du contrat de travail, le travail au noir, et les fraudes liées aux allocations perçues indûment.

Quelques chiffres démonstratifs

Durant les 5 premiers mois qui ont suivi la mise en place du point de contact, 3 047 plaintes ont déjà été enregistrées : 1 980 cas répertoriés concernant le travail dissimulé et le travail clandestin, 586 cas portant sur des fraudes liées aux allocations perçues indûment, 188 dénonciations pour d’autres fraudes, 175 signalements de problèmes liés au non-respect du contrat de travail, et 175 cas de dumping social. Aujourd’hui, entre 13 000 et 14 000 dénonciations par an sont triées par les différents services d’inspections des lois sociales pour distinguer les plaintes recevables des plaintes abusives.

Attention :

La dénonciation du travail dissimulé sans preuve et le signalement anonyme ne sont pas pris en compte, mais votre identité reste protégée, car l’inspection sociale ne peut pas divulguer votre identité. Toutefois, vous devez être identifiable, et effectuer une dénonciation en tant que citoyen, entreprise avec numéro de registre national ou partenaire professionnel autorisé. L’utilisation d’une fausse identité, la dénonciation calomnieuse et le faux signalement sont punis par la loi.

Le travail dissimulé est monnaie courante en Belgique. Il attire en particulier les étrangers en séjour irrégulier. Pourtant, il est considéré comme de la concurrence déloyale. Pour en limiter l’expansion, la procédure de dénonciation a été simplifiée, avec la possibilité pour les citoyens et entreprises de dénoncer les faits en ligne depuis un point de contact. Les sanctions peuvent être lourdes, aussi bien pour l’employeur que le travailleur au noir, mais aussi pour celui qui fait une dénonciation infondée.

A propos de l'auteur :

View Comments

Laisser un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 500 justiciables choisissent Justifit chaque mois

Avec Justifit, trouvez le bon avocat près de chez vous !

+300 avocats vérifiés

Le plus large réseau d’avocats en Belgique pour l’ensemble des domaines de droit

Le bon choix pour votre avocat

Comme vous, +1 500 justiciables par mois contactent leur avocat sur Justifit

Gratuit et sans engagement

Contactez gratuitement et sans inscription de nombreux avocats près de chez vous

Trouver mon avocat

Besoin d’un avocat ?

Nous vous mettons en relation avec l’avocat qu’il vous faut, près de chez vous

TROUVER MON AVOCAT